Vous allez partir au Burkina Faso avec La Case d’Alidou. Cette charte nous permet de vous rappeler quelques principes qui sont au cœur du projet du tourisme solidaire et équitable.

Le voyageur s’engage

La rencontre et l’échange sont au cœur des séjours à Gon Boussougou.
Chaque pays, culture, religion ont leurs traditions, leurs règles de vie, leur rythme qu’il convient de respecter et de comprendre, plutôt que de juger.
Un voyage à Gon Boussougou se conçoit dans le respect du village, de ses habitants, des gens qui nous accueillent et nous reçoivent. Ils ont aménagé pour vous accueillir une concession villageoise, construite selon les traditions locales, sans eau courante ni électricité.

Le respect est le gage d’une meilleure rencontre.
Il faut avoir une conduite respectueuse, éviter les tenues trop moulantes, trop dénudées ou trop décontractées susceptibles de choquer. Il en va de même des codes régissant les comportements et relations sociales. L’étalement au grand jour des affaires, des biens que vous avez est à éviter. Cela peut créer des envies qui le plus souvent sont inaccessibles. Il est préférable de ranger sa case. Le respect passe aussi par la nourriture qui ne doit pas être gaspillée et qui peut aussi se partager. Une bonne photo se fait avec son sujet, pas contre lui. On a parfois tout à gagner à prendre le temps d’établir un climat de confiance, à demander l’autorisation. On ne promet d’envoyer une photo que si l’on est en mesure de le faire au retour du voyage.
Il faut respecter les vaccinations conseillées. Il est important d’utiliser les traitements antipaludéens en respectant les recommandations de l’OMS. Si des enfants sont du voyage il est important de préparer ce voyage avec eux en leur expliquant ce qu’ils vont rencontrer et découvrir.

Dons et cadeaux ne sont pas des gestes anodins
Dans le respect de l’éthique de la Case d’Alidou et du projet mis en place en partenariat avec la famille Yigo et le village, nous demandons au voyageur de s’abstenir de faire des dons individuels aux villageois.
Ces dons directs peuvent dénaturer la nature même de l’échange et du projet.
Certains dons peuvent s’avérer dangereux lorsqu’ils sont distribués au hasard, notamment les médicaments. Dans le cadre de l’association, et dans certaines conditions des dons peuvent être regroupés (ex les livres pour la bibliothèque).
La différence de niveau de vie entre le voyageur et la population du village peut être à l’origine d’incompréhensions et de dérives. Il faut absolument éviter de déstabiliser les équilibres locaux. Sachez par exemple qu’un mois de salaire d’un instituteur est de 150 €.

Les ressources naturelles sont parfois rares. Nous devons les respecter.
L’eau est une denrée rare, il faut l'utiliser avec parcimonie. Il faut dans les usages courants (toilettes) apprendre à en utiliser le minimum. La case d’Alidou est vigilante sur l’utilisation des moyens de combustion pour la cuisine, pour qu’ils soient peu consommateurs de bois.
Nous vous demandons de faire attention à vos déchets et de veiller à laisser le lieu intact. Mieux vaut rapporter avec soi les déchets non destructibles (piles, sacs plastiques).

La case d’Alidou s’engage

A promouvoir un tourisme solidaire et équitable

A garantir un maximum de retombées pour le village: L’ensemble des prestations (nourriture, animations) est assurée par des gens du village. Une juste rémunération des services est garantie.

A reverser 15% du prix du séjour au village pour alimenter un fonds de solidarité. Ce fond sert à des projets de développement pour la communauté villageoise. Ces projets sont décidés par les instances du village, en coordination avec le comité de gestion de la Case d’Alidou mis en place. La Case d’Alidou (France) veille à ne pas imposer nos modes de fonctionnements ou nos concepts concernant le développement.

Charte inspirée des chartes de tourisme équitable existantes adaptée au contexte de La Case d’alidou.